Injustice dans le bassin du Doce: 5 ans de non-réparation pour les personnes affectés; lire la note du MAB

Nous sommes les victimes d’un crime barbare qui est loin d’être une solution correcte, mais nous sommes aussi un peuple qui lutte pour se battre et faire passer la vie avant le profit

Vinicius Denadai

Le crime de Samarco, Vale, BHP Billiton a détruit il y a cinq ans quelque 670 km du Fleuve Doce et une partie de la côte de l’État de Espírito Santo. Environ 500 000 personnes ont été touchées par la rupture du barrage de Fundão, à Mariana, et sont toujours sans droits ni réparation. Les gens ont perdu leur maison, leur travail et leurs revenus, l’accès à l’eau, et leur santé s’est détériorée. De nombreuses vies ont été détruites.

Des centaines de familles vivent encore dans des maisons louées parce que, après cinq ans, l’entreprise n’a pas réinstallé les familles et n’a pas accepté de les réparer avec de nouveaux logements et des lieux de travail adaptés.

Le système judiciaire et les structures étatiques sont de plus en plus capturés et dominés, agissant comme des serviteurs des sociétés internationales qui dominent la région.

Le Mouvement des personnes affectées par le barrage, à cette date, dénonce que Vale a “(in)justice” dans les mains. Injustice parce qu’il s’est écoulé cinq ans sans que les droits des familles qui ont été touchées le long du bassin du fleuve Doce et de la côte de Capixaba n’aient été suffisamment réparés. Injustice parce que le pouvoir judiciaire est entre les mains des compagnies minières, qui agissent contre les personnes concernées pour protéger les profits extraordinaires du grand capital.

Malgré la gravité de la situation, nous avons maintenant atteint une demi-décennie sans compensation pour les droits des Affectés et Affectées. L’impunité est évidente. Dans la région, le profit a été placé au-dessus de la vie. Le crime se “renouvelle” quotidiennement dans les lieux où la boue de l’injustice passe.

La santé des victimes n’est plus satisfaisante. Dans le cas des femmes, des études ont montré qu’elles ne sont pas reconnues comme étant affectées par le format des registres, et donc que l’on enregistre une augmentation des maladies de la reproduction, de la violence domestique, de l’alcoolisme, comme effets collatéraux des dommages et de la déstructuration du travail dans les communautés.

La boue a entraîné la perte de lieux de travail et de revenus. Des secteurs comme la pêche ont été complètement touchés. À ce jour, il n’existe aucun programme de restructuration productive et économique en cours pour les familles. Au contraire, ceux qui reçoivent l’aide d’urgence sont devenus dépendants, et il n’y a pas de politique de transition de la part des entreprises, seulement une menace de réduction annuelle.

De nombreuses indemnités ont été versées trop peu, l’argent n’a pas résolu les problèmes d’emploi et de lieu de travail ou de logement. En bref, le crime a appauvri les familles et a aggravé leur dépendance.

Alors que les droits sont refusés, au dernier trimestre 2020, Vale a doublé ses bénéfices, qui ont été annoncés à 15 milliards de R$. Malgré le bénéfice extraordinaire, la société n’a permis de finaliser aucune des trois réinstallations auxquelles elle s’était engagée, ni ne s’est occupée des dix communautés qui revendiquent le droit au logement ou a respecté les accords passés avec les gouvernements et les institutions de justice.

Une nouvelle guerre de rapports, d’experts, de négociations s’engage, sous une architecture corporative complexe de domination et de manipulations.

En mars 2016, les gouvernements et les entreprises ont annoncé un important “accord” du cabinet, sans la participation des personnes concernées, qui prévoyait de dépenser environ 20 milliards de R$ pour des solutions. Dans cet accord, les États ont transféré leur responsabilité en matière de gestion du crime à une Fondation Privée, créée, organisée et gérée par les sociétés propriétaires de Samarco, la Fondation Renova.

Après une demi-décennie, Renova n’a même pas été en mesure de terminer le programme initial d’enregistrement des familles. Il s’est avéré être un mécanisme de protection des profits de Samarco, Vale et BHP Billiton, ainsi qu’un instrument permettant de capturer et de dominer les structures stratégiques des gouvernements et de l’État, et de violer et d’empêcher la solution correcte des droits des personnes affectées par les barrages.

Une grande partie des fonds utilisés, estimés à 10 milliards de R$ par la Fondation, sont destinés à la propagande mensongère, aux fausses nouvelles, à la cooptation, à la désorganisation du peuple, à la manipulation et à la négation des droits des victimes du crime de Samarco.

Sur les quelque 95 000 inscriptions et demandes, seules 19 000 personnes reçoivent une aide financière d’urgence, même si la pêche et l’agriculture ont été engagées dans de nombreuses parties du bassin à ce jour.

Avec une partie stratégique du système judiciaire en main, le conflit s’est judiciarisé chaque année. Le pouvoir de décision a été concentré dans les mains d’un juge fédéral, qui agit comme un agent de service pour la société criminelle, qui agit pour défendre la société et manipuler les familles affectées. À ce jour, aucune responsabilité pénale n’a été engagée pour la mort de 19 personnes, ni même pour les autres crimes. Les amendes dues à la fois pour les dommages environnementaux et pour la lenteur de Renova ne sont pas payées ou résolues.

L’inégalité des pouvoirs entre les affectés et les entreprises s’accentue chaque jour. Une demi-décennie, et peu de choses ont été résolues dans la vie des personnes concernées. La Fondation Renova est engagée dans la tactique de division du peuple et la lenteur de la solution.

Le peuple n’a plus le temps d’attendre une réparation intégrale adéquate et devient vulnérable avec des accords inégaux pour survivre sur un territoire où l’entreprise domine les structures de décision par un schéma complexe de cooptation des dirigeants, de capture des gouvernements par les entreprises et du système judiciaire lui-même.

Les sociétés ont mis en place un puissant système de domination qui privilégie les privilégiés et pénalise les personnes qui ont été affectées par le crime de Samarco.

Ce que les crimes commis à Brumadinho, Mariana, Congonhas, Ouro Preto, Macacos et dans tant d’autres territoires nous montrent, c’est que les ruptures de barrage ne sont pas une fatalité, une coïncidence, elles sont intrinsèques au modèle pervers de l’exploration minière au Brésil.

Malgré toutes les injustices, les personnes affectées dans tout le bassin résistent et réaffirment leur engagement à continuer de lutter jusqu’à ce que tous les problèmes que Samarco, la Fondation Renova, Vale, BHP Billiton et leurs actionnaires ont causé et causent aux habitants de cette région.

Nous sommes les victimes d’un crime barbare qui est loin d’être une solution correcte, mais nous sommes aussi un peuple en lutte, prêt à se battre et à mettre la vie au-dessus du profit. Ils ne pourront pas faire taire le pouvoir des personnes affectées. La tête haute, nous continuerons à nous organiser et à nous mobiliser, dans un an, pour dénoncer la violence des grandes entreprises, l’impunité, la complicité des gouvernements, les faux prophètes et les représentants en fonction. 

Nous annonçons ici, en tant qu’affectés et affectées par le bassin du feuve Doce et la côte de l’État d’Espírito Santo, que nous allons poursuivre notre marche, en lutte, pendant plusieurs décennies encore. Jusqu’à ce que notre région cesse de souffrir de la “malédiction de l’abondance” de l’eau, des minéraux, de la terre, du pétrole. Jusqu’à ce que nos richesses soient partagées entre nous, le peuple brésilien, afin qu’aucun de nos enfants ne se réveille sans savoir s’il aura de la nourriture ou une éducation, jusqu’à ce que nous soyons une patrie souveraine, indépendante et sous contrôle populaire, capable de garantir tous les droits et des réparations complètes à tous.

L’eau et l’énergie avec la souveraineté, la répartition des richesses et le contrôle populaire !

Conteúdos relacionados
| Publicado 03/07/2020 por Movimento dos Atingidos por Barragens

Trabalhadores conquistam continuidade na isenção da Tarifa Social de Energia

Governo Federal anuncia a prorrogação da Medida Provisória 950/20 por mais 60 dias

| Publicado 11/06/2020

Atingidos distribuem mais de 500 cestas básicas no Amapá



O MAB no Amapá vem organizando as comunidades atingidas e lutando por reconhecimento de direitos e compensações, pelas mortes de peixes consequências dos empreendimentos hidrelétricos no rio Araguari, no município de Ferreira Gomes

| Publicado 11/06/2020

Lutar não é crime: atingidos e atingidas em defesa dos direitos humanos!

Decisão obtida pela Vale determina proibição de manifestações nas vias de acesso à Brumadinho

| Publicado 05/11/2020 por Movimento dos Atingidos por Barragens

Injusticia en la cuenca del río Doce: 5 años sin reparación para los afectados; lea la nota del MAB

Somos las víctimas de un crimen bárbaro que está lejos de una solución correcta, pero también somos un pueblo en lucha dispuesto a batallar y colocar la vida por encima del lucro

| Publicado 05/11/2020 por Movement of People Affected by Dams

Injustice in the Doce river basin: 5 years of no reparation to the affected; read MAB’s note

We are the victims of a barbaric crime that is far from a correct solution, but we are also people who struggle and are willing to fight and put life above profit

| Publicado 04/11/2020 por Movimento dos Atingidos por Barragens

Injustiça na bacia do Rio Doce: 5 anos de não reparação aos atingidos; leia a nota do MAB

Somos as vítimas de um crime bárbaro que está longe de uma correta solução, mas somos também um povo em luta disposto a lutar e colocar a vida acima do lucro